Forum RPG Vampire
 

Show must go on. Hati Yaga [Humain - esclave - validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
♠ Esclave ♠
♠ Esclave ♠
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 207
Points RP : 29
Localisation : J't'en pose des questions ?

Date d'inscription : 11/01/2016

De la main de Hati Yaga signé le Lun 11 Jan - 15:23

Prénom Nom


♠ Nom : Yaga
♠ Prénom : Hati
♠ Race : Humain
♠ Âge : 20 ans

♠ Origines : Russe-Roumaine, mais surtout gitane
♠ Groupe : Esclave
♠ Métier / Rang : Artiste, mais artiste du cirque
♠ Avatar : Boyd Holbrook
♠ Désirez-vous être parrainé ? OUI [ ] NON [X]
Apparence
J'peux pas nier mes origines Nordique, ça s'lit sur mon visage comme l'titre sur un bouquin. Yeux d'un bleu clair et froids qui s'embrase que sous la colère, ch'veux d'un blond parfois presque blanc et une la peau pâle d'un cul d'bébé qui n'a jamais vu l'soleil. Heureusement pour moi qu'j'bronze vite au soleil, parce que j'ai l'teint maladif.
Pouvoirs



Réservé aux vampires. Décrivez les pouvoirs de vos personnages. Attentions, ils sont limités en nombre de un, complémentaire au pouvoir naturel de mentalisme des vampires ainsi que leur capacité d'hypnose. Toutefois tentez de ne pas en faire des pouvoirs surpuissants. Le STAFF se réserve le droit de le refuser en cas d'abus.

Feat. Boyd Holbrook
Psychologie



Pour me comprendre, va falloir sortir de votre vision habituelle du monde. Va falloir quitter vos valeurs et votre notion conventionnelle du bien et du mal. Laissez de côté tout ce que vous avez appris. Tout ce qu’on vous a appris. Parce que j’viens clairement pas du même univers que vous. A mes yeux, vous êtes des pigeons. Y a un seul mot écrit sur votre front : Victime. Victime de votre vie, de votre laisser aller, victime de vos peurs et d’vos angoisse, victime de vos préjugés et d’vos stéréotypes. C’est d’ailleurs c’que j’suis en surface. Un stéréotype. J’suis d’origine Russe ; J’suis d’origine Roumaine. Et en prime, j’suis en Gitan. Alors j’suis forcément un voleur. Ouais, l’genre à vous bousculer dans la rue pour vous dérober votre portefeuille et votre si précieux Smartphone, c’qui contient toute votre vie. Un sourire aux lèvres, une clope au bec, j’glisse mes doigts dans vos poches pour vous les voler sans même que vous puissiez l’envisager, quand j’rentre pas chez vous par une fenêtre ouverte. J’ai pour moi ma p’tite gueule d’ange. J’suis un séducteur, mesdames et j’enchaine les conquêtes féminines comme les paquets cigarettes, faut dire que mon cœur est pris et qu’le reste, c’est un passe-temps.  Mes grands yeux bleus qui vous inspirent confiance quand j’vous regarde, ne sont qu’un moyen d’plus de vous leurrer, j’cherche juste le meilleur moyen d’vous entuber. L’arnaque, je l’ai dans l’sang. La manipulation et la tchatche aussi. Ni vu ni connu, j’vous embrouille et avant que vous ayez eut l’temps de voir venir quoique c’soit, je suis déjà partit avec mon larcin. Bien mal acquis ne profite jamais, ça s’est valable pour vous. Généralement, c’est là que vous vous arrêtez. Sur ce sale petit con d’Roumain qui ne sera jamais conforme à c’que vous attendez d’lui. Sans patri, sans maison, sans valeur. Elle est là votre erreur. Une patri j’en ai une. C’est ma communauté. Ma maison se trouve là où ils sont et mes valeurs sont celles qu’ils m’ont inculquée. L’honneur. La famille. La persévérance. Le respect de soi, des siens et des traditions. L’acharnement. Et l’travail bien fait. Tout c’que vous refusez d’voir en somme. J’trahirai jamais les miens. Ceux qui m’sont chère. C’est sacré. Nos vieux ne finissent pas à l’hospice. C’est une aberration chez nous. Ils transmettent notre Histoires, nos us et nous élèves quand les parents bossent ou qu’on en a simplement pas. La plus vielle d’entre eux, est d’ailleurs notre matriarche, celle à qui on rend des comptes. Elle veille sur nous comme le ferai une vielle louve sur sa meute, sans qu’personne ne r’mette sa parole en doute. Et j’peux vous assurez qu’avec elle, ça file droit. C’qu’elle ordonne, on l’fait. Point barre. Même si j’avoue qu’parfois j’frôle avec les limites, mais ça, c’est dans mon caractère. J’ai la réputation d’être indomptable, passionné. Libre comme le vent, j’n’en fais souvent qu’à ma tête. Selon c’que m’dicte mon instinct. Pas ma raison. Faut dire aussi que j’en ai pas des masses, j’ai tendance à foncer tête baissée dans l’tas et d’aviser ensuite. Advienne que pourra, non ? J’retrouve ce besoin de lâcher prise, chaque fois que j’m’évade sur les toits, parcourant les Villes comme un terrain d’jeu. Toujours plus haut. Là où vous voyez des murs, j’vois un obstacle à grimper. J’suis pas très musclé, mais j’suis souple. Agile. Rapide. Et je n’ai pas froid aux yeux. Si j’tombe, c’est pour mieux remonter. Autant au sens littérale que psychologiquement parlant. J’fais ça d’puis que je suis en âge de marcher alors j’ai acquis une expérience certaine. Ma p’tite évasion personnelle que j’pratique dès que j’peux. C’est d’ailleurs mon métier, parce que voleur au fond, c’est un hobby. C’que j’suis vraiment, c’est artiste. Mais ça, on en parlera un peu plus tard.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
♠ Esclave ♠
♠ Esclave ♠
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 207
Points RP : 29
Localisation : J't'en pose des questions ?

Date d'inscription : 11/01/2016

De la main de Hati Yaga signé le Lun 11 Jan - 15:27

Ton histoire


Je m’appelle Hati. C’est le nom d’un loup. Celui qui pourchasse Mani, la lune, dans la mythologie Viking. Baba Yaga m’avait prédit un destin un peu fou. Un que les cartes n’avaient pas voulu dévoiler pour ne pas en altérer le fils. Alors elle a donné un nom atypique, à un Avenir atypique. Bon la vielle peut dire ce qu’elle veut, j’sais que les conditions de ma venue dans la communauté a grandement influencé l’nom qu’on m’a donné. Mais j’vois que j’vous perds, alors j’vous dois quelques petites éclaircissements. On n’est pas n’importe quel clan d’gitan. On ne s’contente pas d’rouler d’ville en ville en suivant l’vent. On bosse dur pour votre divertissement. A chaque fois qu’on pose nos valises, c’est pour vous offrir un show. Sensationnel. Inédit. L’frisson d’un cirque familial. Cracheurs de feu, femme à barbe, lanceurs de couteau, dompteurs de loups sauvages, avaleurs de sabres, diseuse de bonne aventure. La famille Yaga vous offre tout ça. Et justement, Baba, c’est notre matriarche, l’héritière de joyeux bordel transmis de génération en génération, les traditions et superstition en plus. Elle est aussi âgée qu’on puisse l’être. Un œil en verre, une jambe en moins, l’surnom lui colle à la peau, d’autant plus qu’elle est notre médium maison. Elle n’a pas son pareil pour jauger les gens et leur dire ce qu’ils veulent entendre pour quelques billets. Un peu d’creeepy, un poil de mystère et un soupçon d’artifice, voilà, on l’a notre sorcière. Baba Yaga. A mes yeux, c’est c’qui se rapproche d’une mère, ou d’une grand-mère, même si c’est tout l’clan qui m’a élevé. J’étais l’enfant d’personne, j’suis devenu celui d’tous. J’ai adopté, dès que j’ai été trouvé. C’était dans un p’tit village d’Russie, ou d’Roumanie, ça dépend à qui vous d’mander de raconter l’histoire, quoiqu’il en soit, ils sont d’accord sur un point, je n’aurai pas du survivre. J’vous plante le décor. La nuit était tombée, une sans lune, accompagnée par la neige et la rudesse de l’hiver. Il faisait froid. Très froid. Et une ombre est venue rodée prêt d’la où l’chapiteau était planté. Le spectacle était finit, chacun était dans sa roulotte, occupé à ses affaires. L’ombre savait pourquoi elle était venue, dans ses bras, un nouveau-né balloté, emmitouflé dans des draps rapiécés. Pas un bruit. Pas un mot. Pas même un en revoir ou une marque d’affection. Rien d’tout ça, juste un geste inhumain. L’bébé est déposé entre les barreaux de l’enclos des bêtes, ceux qui quelques heures auparavant impressionnaient le public de par leurs crocs et leurs combats sauvages, avec pour seul Maître, celui qui les domptait d’un claquement d’fouet. Un départ précipité et la fierté du méfait accomplit. L’ombre était persuadé qu’au lendemain, il n’y aurait plus aucune trace de son crime. Que les loups auraient tôt fait de dévorés les preuves et l’gosse. Peut-être que les artistes trouveraient l’tissu tâché d’sang. Mais rien d’plus. L’esprit tranquille, elle a disparu. Pour toujours. Mais l’sort en a décidé autrement. Ceux qu’vous appelez monstres ou animaux sanguinaires sont bien venus flairer c’qu’on leur offrait, mais leur intérêt fut tout autre que de combler leur appétit. J’sais pas trop c’qui à jouer, l’faite qu’une des femelles soit pleines, ou qu’la plus vielle soit plus en état d’avoir des p’tits mais dès qu’elle s’est approché, elle a éloigné tous les autres de grognement sourd pour s’allonger au côté de l’abandonné, l’entourant de sa chaleur, lui f’sant sa toilette avant de le garder contre elle pour le protéger du froid. Instinct maternelle primitif. Et quand l’aube se leva, qu’elle ne fut pas la surprise du dompteur. Au début, il avait cru trouver un corps mort, preuve que la vie au camp était une utopie par rapport au monde extérieur. Mais l’miracle avait eu lieu et même si ça s’était joué à quelques heures, l’petiot était vivant. J’étais vivant. L’monstre de bien vos contes avait été mon salut. J’avais une nouvelle famille. Et l’cirque aurait bientôt une nouvelle attraction.
J’avais pas d’parent, alors tout le monde donna un peu d’soit. D’abord les femmes, quand j’n’étais qu’en âge de chialer, me pouponnèrent à tour de rôle y comprit Baba Yaga. Elle avait jamais pu avoir d’gosse, elle aurait bien aimé pourtant, alors imaginer qu’on puisse sacrifier l’sien ainsi, ça lui avait retourné l’estomac. Comme pour pardonner c’péché que pourtant personne de la communauté n’avait commis, j’fus choyé, à bien des égards l’préféré d’la vielle. Au fur et à mesure que j’grandissais, j’fus tantôt le fils de S. Crow, celui qui m’avait trouvé parmi ses fauves, participant au numéro en temps que l’Enfant loup, c’lui qui pouvait à peine marcher et parler, mais charmait pourtant les bêtes, tantôt l’petit frère du cracheur de feu, Pyro. Un nom brillant d’banalité pour un artiste dans son genre. Mais il rattrapait ça par un numéro sensationnel. Avec sa femme, il subjuguait les foules, réchauffait à coup sûr l’atmosphère. Au début, j’apprenais en regardant, écoutant ses conseils avec avidité, pressé de m’y mettre aussi, à la fin, j’faisais partit du show, apportant ma pierre à l’édifice avec une certaine fierté. Y a eu les roublards aussi, les chapardeurs. Ça fait pas vraiment partit du cirque mais ils étaient nécessaires pour trouver les fonds quand on ne les avait pas. On f’sait les poches des passants. C’était marrant. Vraiment. Comme être magicien. J’ai tout fais, parce que j’ai été dans tous les clans, appartenant tour à tour à chacune des familles, qui formaient notre communauté, jusqu’à mes dix ans. J’causais pas vraiment à cette époque-là. J’avais pas grand-chose à dire il parait, j’écoutais, j’comprenais, j’percutai, mais j’gardais l’silence. A la compagnie d’mes semblables, j’prefèrais celle des Loups. Sauvage comme eux, instinctif et sanguin. J’aimais leur monde, leur manière d’régler les affaires. Leur mode d’vie, c’était l’mien.

J’étais un jeune ado pré pubère et j’avais déjà fait l’tour de l’Europe. Allant à chaque fois sur la piste avec la même excitation, la même joie. J’aimais être devant le public. Les sentir subjugués. Être le centre de toutes leurs pensées. Durant quelques instants, ils étaient tout à moi. Je leur offrais une échappatoire à leur triste routine, leur envoyant du rêve le temps d’une représentation. J’ai jamais regretté cette vie. J’avais tout pour être heureux. Et j’l’étais. Si vous m’aviez vu l’jour où Baba Yaga est v’nue voir pour me dire que j’étais suffisamment grand pour avoir mon propre show. J’étais tellement excité. D’autant plus lorsqu’elle m’en dit la teneur. J’vous l’aie dit, la sorcière était douée pour cernée les gens, elle avait attendu que j’grandisse, observée, patiente, attendant d’trouver la branche dans laquelle elle me verrait prospérer. Mais c’n’est pas en m’scrutant pendant une représentation qu’elle avait eu l’déclic, oh non, c’est en m’voyant en dehors. Crapahuter comme un petit singe, grimpant à la structure du chapiteau, sautant dans l’vide sans crainte de tomber pour mieux m’raccrocher à une prise en contre-bas. Du sensationnel. A vous hérissez les poils sur les avant-bras. C’était ça mon talent. Elle ne m’avait jamais vu briller dans un autre numéro. J’étais un touche à tout, certes, j’savais lancer un couteau dans une cible, craché du feu et même jouer au medium mais je n’atteignais pas cette excellence qu’elle recherchait. Sauf quand mes pieds quittaient la terre ferme. Sauf quand j’sautai d’un toit à un autre dans une pirouette légère, dénuée d’peur. Ça tombait plutôt bien d’ailleurs, parce que jusqu’à moi, il n’y avait pas d’acrobate régulier dans son cirque. Ce sont d’ailleurs ceux d’passage qui m’ont formé. Rajoutant un peu d’extra dans un numéro ordinaire. Entrainement. Discipline. Et Rigueur.
La vie se déroulait plutôt bien. Entre ma famille et l’été que j’passais le plus possible au côté de Galahad, j’étais plutôt comblé. J’vous ai pas encore parlé de Galahad ? Bah il est grand temps alors. Parce que lui, c’est mon âme sœur. Mon tout. L’seul capable d’éveiller un peu d’raison chez moi ou d’humanité. L’seul que j’aime. Plus que ma vie elle-même. On s’est rencontré quand on était gosses. Et d’puis, chaque fois qu’le cirque se posait prêt de chez lui, j’venais l’voir. On était amis. On est d’venu Amoureux. Puis amant. Mais du vrai Amour, pas celui dont vous vous contenter si souvent. C’est violent, passionné, fusionnel, destructeur, mais tellement bon. Il est mon point d’répère. Où Qu’j’aille, j’sais toujours que j’lui reviendrai. Il est a jamais une partit d’moi. J’suis une partie d’lui. On peut s’déchirer ou s’entre tuer. On finira toujours dans les bras l’un d’l’autre.

J’m’ennuyai jamais et j’savais déjà que c’est c’que j’voulais pour avenir. Sauf qu’y a les traditions. Notamment une chez les Yaga qui veut que chaque jeune de la communauté explore un jour où l’autre le monde. Pour savoir s’il veut vraiment y rester ou s’il préfère ce que les Autres ont à offrir. Un peu comme chez les Amish. L’année de mes 18 ans, je n’ai pas pu y couper. Et pourtant, j’ai essayé. C’était inutile puisque j’étais sûr d’moi. Le cirque, s’était tout pour moi. J’étais né pour ça. Baba yaga n’a rien voulu entendre, j’ai dû partir. Quelques mois au moins. J’avais pas l’choix, alors j’l’ai fait. J’voulais en profiter pour rejoindre Galahad. Passer ces quelques mois loin d’chez moi avec lui, du tout rien qu’pour nous. On aurait pu voyager. Ou simplement rester enfermer dans sa chambre à s’envoyer en l’air. C’était ma seule motivation en quittant l’camp mais… J’ai jamais pu l’rejoindre. C’était quoi ? Une semaine après mon départ… Mauvais endroit, mauvais moment. Un verre avec l’mauvais type, pour une fois que j’flirtai avec quelqu’un d’autre que Galahad. J’ai tout d’suite su qu’un truc clochait, d’habitude, il faut bien plus qu’une Bouteille pour envoyer un gitan au tapis. Mais là, quelques gorgées brûlantes et tout a commencé à tourner. Puis l’trou noir jusqu’au réveil. Dans une cellule. Il n’a fallu plusieurs heures pour comprendre et il m’aurait fallu bien d’avantage si Baba Yaga ne m’avait pas instruit sur l’autre monde. Celui des Strigoi… Vampires chez vous. Comme tout c’qu’elle nous racontait, j’y croyais sans trop y croire. C’était plus ou moins nos légendes, des mythes d’un autre temps qu’elle nous comptais au coin du feu… Pas celui-là. Enfin, en théorie dans son conte, ça s’passe en Transylvanie et le maître du Château s’appelle Dracula. Mais pour le reste, c’est la même chose. Des humains qui servent d’esclave. De jouet. Sans possibilité d’évasion.

J’me suis pas résigné. Qu’importe ce qu’on en dise. J’me suis pas résigné dans l’enfer des Cachots, ni quand j’ai fini par avoir un Maître. Sa violence, sa concupiscence, sa dureté… Je n’ai pas été brisé et j’lui ai toujours tenu tête, même si une part d’moi savait très bien qu’il adorait ça. J’tiens pas trop à r’penser à tout ça. A l’heure où j’vous parle, il est plus là et tant mieux. Il a foutu l’camp quand les choses sont gâter pour les siens, qu’la rébellion grondait et qu’le grand chef semblait perdre pied. Je n’ai que pour regret c’lui plus pouvoir lui cracher ma haine au visage. Presque deux ans sous son joug. A vouloir filer en douce, tenter d’partir, à serrer les dents sous ses coups d’poing et ses coups d’bassin. Connard. C’est l’retour au dortoir pour moi, une petite victoire perso. J’tiens en pensant à ma famille qui doit se demander c’que j’fous. A Galahad qui doit m’attendre. A nos retrouvailles qui arriveront quoiqu’il s’passe. Ici aussi, j’ai établi mes p’tites affaires on r’tombe toujours sur nos pattes nous et si on aspire toujours à mieux, on s’démmerde quelle que soit la situation pour en tirer l’meilleur. J’m’adonne au vol. J’me fais même payer souvent pour ça. En tune, en clope, en info, en tout c’dont j’ai besoin sur l’moment. Il vous faut un truc ? V’nez voir mes petits. J’peux tous vos dégotter. Tout vous obtenir. Ici ou dehors. Quelques soit votre envie, j’la comblerai. Si vous avez un truc à m’proposer en échange en tout cas. J’ai un réseau, j’rends des services, alors on m’en doit. Une p’tite roue bien huilée... J’sais peut être pas lire, ni trop compter d’ailleurs, mais l’bisness, j’l’ai dans l’sang et parler les langues qu’on baragouine d’part chez moi, ça aide pas mal. J’ai même continué l’spectacle avec les moyens du bord, profitant d’tout c’que le clan m’a appris Pour les autres mortels. Dans l’aile désaffectée.

Quoi qu’il arrive, Show must go on.





♠ Avez-vous des liens avec d'autres personnages ? Nope, mais j'en cherche !
♠ Comment avez-vous découvert le forum ? J'sais plus trop, j'y suis, j'y reste ! J'tiens quand même à préciser que c'est de la faute de Leandre si c'perso débarque ! ( ouais, j'dénonce !)
♠ Vos impressions : Toujours aussi conquis !
♠ Votre taux de présence : Quotidienne !
♠ Code du règlement :
♠ fiche terminée? C'est par ici
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


De la main de Invité signé le Lun 11 Jan - 15:28
Bienvenue parmi nous !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


De la main de Invité signé le Lun 11 Jan - 15:32
Bienvenue parmi nous Smile

Je ne te montre plus la maison, tu fais comme chez toi Very Happy

J'adoooooore ta fiche, si tu cherches un nouveau maître il me reste une p'tit place au chaud...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


De la main de Invité signé le Lun 11 Jan - 15:45

Validée !



Bonjour jeune homme,

Je crois qu'avec les dernières fiches, je me répète un peu. Je n'ai rien à dire ici non plus, j'adore, je kiff, je surkiff grave eh ouais Cool ! Je suis fan de ta plume, de toi, vraiment. J'vais pas m'étaler, tu connais la maison par coeur . Ma proposition tient toujours, si tu cherches un Maître, je suis là, mais je suis pas certaine que tu aimes ça Razz

Je te donne les accès dans la foulée. Tu peux désormais faire ta fiche de liens et de RP pour te trouver des partenaires. Si nécessaire, tu peux aussi faire des demandes de RP, de liens en suivant les liens. Et enfin, n'hésites pas non plus à passer dans le flood. Je t'indique pas l'emplacement de la CB, je crois que tu as trouvé.  Razz En cas de question, n'hésites pas à venir faire un tour ICI. Je pense avoir fait le tour.

Je vais désormais t'ouvrir les portes de River Crow, ville que tu ne pourras désormais plus jamais quitter. Bienvenue à toi. J'espère que tu as dis adieu à ton âme soeur Twisted Evil. A tout bientôt j'espère. Vraiment.  Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♠ Fondateur ♠ Dirigeant de River Crow
♠ Fondateur ♠ Dirigeant de River Crow
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 8099
Points RP : 198
Localisation : Le Manoir

Date d'inscription : 30/10/2013

Feuille de personnage
Vos liens:
Rythme RP: Moyen

De la main de Léandre McGuiness signé le Mar 12 Jan - 7:54
Comment je suis même pas passé wesh ! Moi y'en a vouloir lien avec toi, je sais pas quoi, je sais pas qui, mais moi y'en a vouloir. What a Face

Et c'est moche de me rendre responsable c'est moche. What a Face


 
     
THE KING OF HELL
I am the thorn in your side that seeks accomplishment reminding the mortal of death. I am the spore of your pride, an angel heaven sent. The master of all
     
Revenir en haut Aller en bas
http://rivercrow.forumactif.org
Invité
Invité


De la main de Invité signé le Mar 12 Jan - 8:30
Bienvenue parmi nous petit Humain What a Face

Super fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♠ CoFondateur ♠ Représentant Irakien
♠ CoFondateur ♠ Représentant Irakien
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 9816
Points RP : 328
Localisation : La Fondation

Date d'inscription : 02/11/2013

Feuille de personnage
Vos liens:
Rythme RP: Moyen

De la main de Elijiah H. Jazeem signé le Mar 12 Jan - 8:45
Rebienvenue parmi-nous Hati Wink

Eli



Elijiah Hassan Jazeem
Some say the world will end in fire, some say in ice. From what I’ve tasted of desire I hold with those who favor fire. But if it had to perish twice, I think I know enough of hate to say that for destruction ice is also great and would suffice | Robert Frost - Fire and ice...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♠ Esclave ♠
♠ Esclave ♠
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 207
Points RP : 29
Localisation : J't'en pose des questions ?

Date d'inscription : 11/01/2016

De la main de Hati Yaga signé le Mar 12 Jan - 10:35
Léandre: tu es responsable, on reviendra pas la dessus héhé
Et quand tu veux pour le lien, avec qui tu veux et où tu veux Arrow

Merci à vous, au plaisir de vous croisez en rp



The Show must go on
I guess I'm learning, I must be warmer now, I'll soon be turning round the corner now, outside the dawn is breaking, But inside in the dark, I'm aching to be free
.
+Queen.

(c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


De la main de Contenu sponsorisé signé le
Revenir en haut Aller en bas

Show must go on. Hati Yaga [Humain - esclave - validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Exemple Humain - Validée] Nami
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.

River Crow :: Anarchy dans la ville :: Qui êtes-vous ? :: Humains Validés-